formation9Si seulement j’avais… Plus de confiance en moi, ou plus d’aisance relationnelle, ou plus de motivation, ou plus de capacités à m’affirmer, ou à me valoriser, ou à gérer ce stress qui m'envahit, ou à gérer ces émotions qui me submergent, ou à prendre des décisions, ou à gérer les échecs et à rebondir, ou à prendre la parole en public, ou à prendre du recul, ou….

Ce changement que vous visez sans pour autant l’atteindre vous est très personnel.

C’est peut-être une histoire plus ou moins longue pour vous, et vous avez éventuellement tenté, testé différentes choses : livres, conférences, formations, conseils d’experts, conseils d’ "amis", recettes diverses,….
Et c’est comme si rien n’avait de prise durable sur vous.

Pourtant, à chaque fois, vous pensiez avoir trouvé LE bon moyen, puisqu’il fonctionne pour d’autres.
Et à chaque fois, c’est la déconvenue.

o Vous vous prenez alors à penser qu’il n’y a peut-être rien à faire : en fait, comment aller contre sa vraie nature ? sa vraie personnalité ? son éducation ? …
o Vous vous prenez aussi à penser qu’il vous manque peut-être quelque chose que les autres ont et qui vous permettrait de réussir : le courage ? l’intelligence ? la persévérance ?....


Rassurez-vous : non, vous n’êtes pas moins courageux, moins capable, moins intelligent, moins persévérant, moins ……que les autres ! (quelle créativité !)
Chacun est unique et complexe : ce qui est efficace pour les autres n’est pas forcément opérant pour vous.

Quand changer paraît impossible, changeons de « méthode » !

 

Donc, reprenons, chacun est unique et complexe.
Pour autant, certains mécanismes sont à l’œuvre chez chacun d’entre nous, et même à notre insu.

Et ces mécanismes sont intéressants à double titre : ils portent en eux les fondements de nos échecs à atteindre ce changement que nous souhaitons tant ; mais ils dessinent aussi de nouvelles pistes à investiguer pour atteindre nos objectifs.

 

En particulier, ne négligeons pas ce mécanisme de base : nos pensées, nos émotions et nos comportements sont irrémédiablement liés.

 

De façon très naturelle, intuitive, lorsque le comportement que j’ai adopté est inefficace, j’ai tendance à me focaliser sur ce comportement, je veux l’améliorer, je veux le rendre plus performant, je veux le changer. Et je recherche donc méthodes, outils, formations, exercices, recettes prêtes à l’emploi pour l’améliorer. Dans de nombreux cas, cela va donner le résultat que j’escompte. Et c’est parfait.


Mais lorsque cela ne fonctionne pas, ou pas assez … Que faire ? Continuer à accumuler conseils, outils, recettes ? Persévérer encore et encore ? 
Lorsque la voie que nous empruntons n'est pas efficace, acceptons-le, et prenons le risque de changer de voie.

Pensées, émotions et comportements sont liés :

o c’est donc, du côté de ce que je pense (en particulier, tout ce qui tourne dans ma tête de façon quasi automatique, tellement automatique, que je n’y prête aucune attention) et de ce que je ressens, dans la situation concrète qui me pose problème, que je vais finalement identifier, et mes principaux obstacles, et mes principaux leviers pour atteindre mes objectifs.

 

Si ce mécanisme est opérant pour chacun d’entre nous, les obstacles et leviers qui sont les nôtres sont à chaque fois très personnels, spécifiques, non immédiatement accessibles, et renvoient au fait que nous sommes chacun unique et complexe.

De plus, tous les changements ne se ressemblent pas : certains changements que nous visons impliquent nécessairement de faire bouger nos propres repères, nos propres croyances, notre propre vision du monde . Ces changements-là seront quasi impossibles à atteindre en restant seul, face à nous-même, dans un dialogue intérieur qui reste inconscient des obstacles qui font que nous achoppons.

On ne change pas, on ne cultive pas, on n’apprend pas, on ne développe pas de nouveaux comportements sur un « terreau » pensées - émotions hostile ! :

 

En fait, tant que ce terreau est hostile, il est normal que le changement que vous souhaitez, en dépit de toutes vos tentatives, et de toute votre persévérance, vous paraisse toujours aussi inatteignable.

o Si je passe un entretien annuel ou un entretien d’embauche avec en arrière-plan des pensées fugaces et diffuses du type, « les autres sont plus compétents » « je n’ai pas assez d’expérience », « cette augmentation je ne la mérite pas », « je n’ai rien d’intéressant à dire » « je ne suis pas à la hauteur », « je suis trop jeune pour être manager », « je suis trop vieux pour cette professionnalisation »….il est évident que j’aurai du mal à convaincre.


Changer de « méthode » implique :

o dans un 1er temps, d’identifier en quoi ce que je pense et ce que je ressens crée un handicap majeur à la réalisation de mes objectifs (par ex, pour prendre la parole en public, ou pour développer mes capacités managériales).
Dis comme ça, cela paraît si simple. Sauf que ça ne l’est jamais.

o dans un 2ème temps, cela implique d’ameublir ce terreau « pensées – émotions » qui vous est propre pour le rendre authentiquement facilitant. J’insiste sur authentiquement, car nous ne sommes pas dans de la cosmétique, et pour reprendre l’exemple ci-dessus, il ne suffit pas de remplacer « les autres sont plus compétents » par « je suis plus compétent que les autres»; c’est parce que j’aurai effectivement parcouru tout un chemin pour me réapproprier concrètement mes expériences, mes compétences, mes motivations, ma valeur ajoutée pour ce poste ou pour cette augmentation, que je serai en mesure d’aborder différemment l’entretien qui m’attend.

Ce n’est donc que dans un 3ème temps, que vous pourrez identifier, expérimenter, ajuster des comportements plus efficaces pour vous dans les situations concrètes que vous rencontrez.

 

Oui, tous les changements ne sont pas du même type. Oui, il est normal que certains changements paraissent inatteignables !


Alors, puisque c’est normal :


1 - Rejetez tout début d’idée de culpabilité : non, changer n’est pas toujours intuitif ou facilement accessible. Et non, ce n’est pas que vous n’êtes pas assez forts, persévérants, courageux, intelligents,….

2 - Ne tombez pas dans le piège de l’exigence : plus vous mettrez d’exigences à ce changement que vous visez, plus vos capacités à l’atteindre seront amoindries (il faut à tout prix…, il est impératif que…si je n’y arrive pas c’est la catastrophe….) Concentrez-vous sur ce vous mettez en œuvre aujourd’hui, puis demain, puis après-demain et là, vous augmenterez votre potentiel de réussite.

3 - Faites preuve d’un maximum de lucidité : sur là où vous en êtes, sur ce que vous ressentez, sur les actions que vous avez entreprises pour atteindre votre objectif, sur ce qu’elles ont donné en résultats concrets. Et si ça ne marche pas, arrêtez de vous épuiser.

 

Mais si l’enjeu est de taille pour vous en termes de bien –être, de performance, de carrière professionnelle, et que vous ne savez plus trop comment avancer, un accompagnement personnalisé par un coach professionnel peut se révéler très pertinent : ce n’est pas parce que certains changements vous paraissent inatteignables qu’ils le sont …

 --------------------

Cet article vous touche, fait écho à l’une de vos problématiques. N’hésitez pas à me contacter pour me poser vos questions.

 

 

Retrouvez régulièrement le "Billet du Coach"!

Chaque mois, Pascale FERNANDEZ, spécialisée dans l'accompagnement personnalisé au changement, et responsable du volet Accompagnement Développement Personnel de l'AAE, nous propose son éclairage de coach professionnel sur des situations concrètes.

 

Si vous avez des questions relatives au développement personnel ou aux différents modes d'accompagnement, n'hésitez pas à lui poser vos questions (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)